Partager

Exclue lors de la nomination du PRIMUD 2021, la chantre musulmane Alima de son vrai nom Alimata Coulibaly, est montée au créneau pour cracher ses vérités envers le promoteur de l’événement de distinction des artistes.

Pour la 6e édition du Prix international des
musiques urbaines et du coupé-décalé (PRIMUD), les chantres n’ont pas été nominés. Une décision dont la chantre Alima n’est pas d’accord. Dans une publication sur les réseaux sociaux le lundi 18 octobre 2011, elle n’a pas manqué d’exprimer son mécontentement.

“Les chantres sont de plus en plus oubliés dans les cérémonies de distinction. Ce n’est pas normal. Nous sommes des artistes au même titre que les autres. Certes notre récompense vient de Dieu mais les hommes qu’il a établi doivent aussi faire leur part. C’est à dire reconnaître le travail qu’on fait dans le show-biz. Par le passé les organisateurs nous nominaient. En 2008, j’avais reçu le prix du meilleur chantre religieux de la Côte d’Ivoire.

En 2013, j’ai reçu un trophée du meilleur chantre musulman. Malheureusement ces derniers temps les organisateurs des prix ne tiennent plus compte des chantres. J’ai fait la remarque dans le PRIMUD, qui a été lancé récemment. Le Molare nous a encore oublié, ce n’est pas normal. Ces organisateurs doivent savoir reconnaître nos efforts. Il y a de très bon chantres musulmans à féliciter et à encourager”. A-t-elle déploré.

La déclaration de la chantre Alima a suscité de nombreuses réactions mitigées sur la toile.

“Si tu chantes pour Dieu alors tu n’as pas besoin de reconnaissance des hommes.

Toi une chantre tu vas lutter Prix de PRIMUD. 

Tantie faut nous dire si tu veux lutter Prix de meilleure chanteuse du coupé-decalé avec Vitale hein.” peut-on lire parmi les commentaires.

Hervé Akoi

Répondre