Partager

Le secteur mobile money est en plein essor ces dernières années en Côte d’Ivoire. C’est un secteur d’activité qui non seulement emploi beaucoup plus de jeunes en âge de maturité, diplômé ou non, et permet de lutter contre le chômage dans notre pays mais également permet de faire rentrer le maximum d’argent dans les caisses de l’État grâce aux paiements des taxes de ces acteurs.

Malheureusement depuis l’avènement d’un nouveau partenaire avec sa politique de pénétration qui consiste à favoriser une inclusion financière grâce à ses tarifs de transfert d’argent et retrait très réduits, notre domaine d’activité semble très bouleversé.

En effet, ce domaine d’activité est en perpétuel bouleversement en ce sens que nous les partenaires immédiats, ne sont en aucun cas consultés et informés lors des prises de décisions qui impactent négativement la suivie de notre activité en ce qui concerne le revenu sur investissement.

Les commissions que nous percevons sont très faibles, très minables malgré tous les risques auxquels nous sommes confrontés tel que les agressions, les vols, les anarques, les erreurs de dépôt qui restent souvent sans suite favorable.

Les commissions perçus ne nous permettent pas de vivre pleinement de notre activité malgré les frais exorbitants prélévés sur le client final. Nous percevons moins d’un septième des frais prélevés (1/7) sur les montants et tout ça depuis très longtemps.

Nous considérons cela comme une injustice et un manque de respect des contrats. Si cela continue avec la baisse des commissions des prestataires, ce secteur d’activité serait suspendu sur toute l’étendue du territoire pour au minimum 48h dans les jours à avenir afin que la situation soit revue à la normale.

Le SYNAM-CI (le syndicat des propriétaires de points de vente mobile money de Côte d’Ivoire) dénonce l’attitude des opérateurs, nos partenaires qui ne cessent de réduire nos commissions, pour ne pas respecter le contrat qui nous lie, sans toutes fois nous associés au préalable et même nous en informer.

Cela est inadmissible et est un manque de respect vis à vis de notre collaboration avec ces maisons. Nous le véritable cœur de distribution de la monnaie électronique n’acceptons pas d’être traités de la sorte, nous refusons d’être assujettis dans cette chaîne car nous sommes le maillon en contact direct avec le client final. Au-delà des prestations de services nous sommes les coachs de nos populations en ce qui concerne le mobile banking.

Si cela continue ainsi, nous allons prendre des décisions claires sur toute l’étendue du territoire national pour nous faire entendre. Nous lançons un message à nos autorités, notre ministère de tutelle de prendre des décisions pour protéger notre secteur d’activité.

Secrétaire général du SYNAM-CI.

SGA COULIBALY FÉLIX

Répondre