Partager
Cette deuxième tournée Européenne du duo Magic Diezel ne se passe pas comme prévu, en effet ayant rejoint Paris depuis le 10 Octobre dernier afin d’honorer des dates contractés des mois en arrière, Sawako et Tim ne pourront pas cette fois communier avec leurs fans de la diaspora car victime d’un grand boycott de la part des organisateurs de spectacles.
En effet, après les altercations avec leur ancienne maison de production “Magic Prod”, les Meilleurs artistes zouglou de l’année  au PRIMUD 2019 appartiennent désormais au label “Openn Africa”, voici ou le bat blesse, car en réalité certaines dates   avaient été goupillées par l’ancienne équipe managériale, et ne sont plus reconnues par le staff actuel.
Pour en venir aux faits,  Mr Dao l’Argent promoteur de spectacle à Paris avait booké le groupe avec Magic Prod, et selon des sources bien introduites, c’est ce dernier qui aurait pris en charge la procédure des visas,  une fois sur le sol français, il a pris en charge le logement des  artistes,  jusqu’à ce qu’ apparaisse Chico Lacoste, le nouveau manager du groupe qui a affirmé ne pas reconnaître ce contrat, et a donc exige  une nouvelle définition des clauses.
Une décision fortement contestée par les promoteurs de spectacles ivoiriens résident en France, car selon eux, cette procédure est inconcevable, ils ont donc décidé de façon unanime de boycotter tout simplement les artistes, toutes leur dates ont été annulé conformément à un mot d’ordre lancé.
Pour le moment, on note deux spectacles qui ont été cancellé, celui du Mans, le 09 Novembre et celui de Bruxelles, le 02 novembre prochain, les acteurs du showbiz de la diaspora compte désormais  être  solidaire afin de mieux positionner la musique ivoirienne.
Par contre celui de Nantes tient ce jeudi,  les artistes ont donc porté l’information à leurs abonnés sur leur page officielle :”Nantes c’est bel et bien ce soir, restez connectés ne vous laissez pas distraire”
Nous espérons par ailleurs qu’un terrain d’entente sera trouvé dans les plus brefs délais entre les deux parties.
Maryse AHUE

Répondre