Partager
YOP.CREALAB, le nouveau tiers-lieu et dispositif dédié à la création libre et numérique lancé à Yopougon par 5 organisations de la société civile et la Mairie avec le soutien de l’Agence Française de développement, organisait du 30 septembre au 2 octobre 2019 la première édition des (ARCHI)DURABLE(S), trois journées consacrées à des réflexions et ateliers pratiques sur le thème : ARCHITECTURE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE par l’organisation de :
• Une conférence à l’École d’Architecture d’Abidjan animée par l’architecte et paysagiste italien Ivano Iaia le lundi 30 septembre avec plus d’une centaine de participants dont des professionnels et étudiants dans le bâtiment, l’architecture,
et le développement durable, conférence suivie d’une démonstration de l’imprimante 3D grâce au Fablab mobile du YOP.Crealab dans la réalisation d’une maquette architecturale
• Un atelier participatif sur le terrain de 2000 m2 destiné à la construction du bâtiment du YOP.CREALAB avec la collaboration des agents de la Mairie de Yopougon
• Un atelier de formation pour 8 jeunes étudiants architectes et architectes abidjanais avec Florent Petit, Ingénieur en Géniecivil, et Ivano Iaia (Italie)
Réalisés en partenariat avec le Conseil National de l’Ordre des Architectes (CNOA), l’École d’Architecture d’Abidjan (EAA), et l’Institut Nationale des Sciences de l’Art et de l’Action Culturelles (INSAAC), les (ARCHI)DURABLE(S) s’inscrivent dans les objectifs du YOP.CREALAB, porté par l’association Culture et Développement (France), la Mairie de Yopougon, l’Agence Emploi Jeunes, l’Association Ivoirienne des Sciences Agricoles (AISA), la Plate-forme de Service de Yopougon, et le Conseil Communal de la Jeunesse.

Au moment où les partenaires du YOP.Crealab et la Mairie de Yopougon réfléchissent au projet de construction de
l’équipement qui abritera le pôle principal du projet dans le quartier d’Andokoi, les (Archi)durable(s) ont consacré la réflexion sur la promotion de l’intégration des principes du développement durable et la promotion d’une relecture
contemporaine de l’utilisation des matériaux locaux dans les techniques de construction à Abidjan et en Côte d’Ivoire. Il s’est agit par exemple de réfléchir à l’identification des savoirs-faire locaux à valoriser ou redécouvrir tout en
identifiant des pistes d’innovation par la coopération entre des architectes et des artisans locaux sur le modèle de ce qui estpar exemple développé en Sicile (Italie), suivant les illustrations portées par l’architecte associé Ivano Iaia.
Madame Pola Assy, Directrice de l’Ecole d’Architecture d’Abidjan s’est dit enchantée par la conférence du lundi 30 septembre : “Nous avons découvert une démarche intéressante avec le projet YOP.CREALAB. Il vise le bien-être de la
population, ici, à travers l’architecture durable. Nous partageons le même objectif étant sensibles au besoin des populations dans notre travail. C’est pour cela que l’Ecole d’Architecture d’Abidjan a décidé de collaborer sur cette
conférence”.

Enfin, dans une volonté de contribuer à l’innovation dans les savoirs et les pratiques au services des étudiants et des
professionnels d’une diversité de domaines à Abidjan, de premières activités de sensibilisation au rôle que joue aujourd’hui le numérique dans la pratique des professions d’architecte et d’artisan a été initiée et se continuera sur les mois
à venir par une série de rencontres et ateliers. Elle complète le cycle de débats d’idées lancé en mars dernier à l’ESATIC par le YOP.Crealab sur le rôle que les tiers-lieux (fablabs, incubateurs, co-working, accélerateurs, équipements
pluridisciplinaires et ouverts ….) peuvent jouer dans le repérage de talents en dehors des circuits de formation classique en les valorisant auprès des entreprises, en faisant émerger de nouveaux métiers et compétences au sein de la population, et en incitant l’esprit d’entreprise. De nombreux tiers-lieux d’Abidjan avaient été conviés à la rencontre (en citer quelques- uns) et démontré par des exemple le potentiel de cette voie de formation alternative par la pratique collective, par rapport aux parcours scolaires classiques avec lesquels elle joue un rôle complémentaire clé (pouvant également réorienter vers des parcours certifiants ou diplômants des jeunes sortis de ces parcours classiques)

 

Répondre