Partager

À l’occasion de la journée internationale de la lutte contre les violences basées sur le genre, le 25 novembre 2021, a eu lieu un panel sur le thème «he for she», organisé par ONU femmes Côte d’Ivoire en partenariat avec l’ambassade de la Belgique.

Ce panel enrichissant a porté sur le thème «he for she», ayant pour objectif de faire participer les hommes dans l’égalité des sexes, a enregistré la présence de l’ambassadeur de la Belgique en Côte d’Ivoire, l’ambassadeur des Pays-Bas, la représente de l’ONU Femmes CI, le représentant de la ministre de la Femme, Famille et de l’Enfant.

Dans son discours, l’ambassadeur de la Belgique en CI, monsieur Michael Wimmer a dans un premier temps exprimé son indignation face à la marginalisation des droits et aux violences faites à la gente féminine.

“Alors que la situation pour de nombreuses femmes est difficiles, elles sont les premières victimes de conflits (…) Celui qui empoisonne la rivière ne mangera plus de poisson. Connaissant cette situation telle qu’elle est, en privant les femmes de leur droit, c’est toutes nos rivières qui sont en empoissonnement.”

A-t-il fait savoir avant de poursuivre pour lancer un appel aux hommes à s’impliquer d’avantages pour le «he for she».

“C’est un message fort que nous envoyons, la préservation des droits de l’intégralité physique et morale de la femme. Les hommes également doivent se mobiliser, c’est tout les sens du «he for she» (…) Ce sont les femmes africaines qui sont les premières victimes de violences sexuelles sur le continent. Ce sont vos sœur, vos mères qui demandent l’egalités (…) Si on veut une Côte d’Ivoire prospère et solidaire, les femmes doivent être au cœur du dispositif.” A-t-il déclaré.

Quant au représentant de la ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfant, il a tenu à remercier l’ambassadeur de la Belgique en CI pour cette opportunité qu’il accorde de véhiculer le message de la lutte contre les violences faites aux femmes.

“Depuis le 25 novembre, nous avions entamé sous l’instruction de la ministre, la campagne dénommée 16 jours d’activisme des violences faites aux femmes (…) on voulait remercier l’ambassadeur de Belgique pour l’opportunité qu’il offre encore pour passer le message de la tolérance zéro à l’égard de la violence faite aux femmes”. A-t-il fait savoir.

De son côté, la représentante de l’ONU Femmes CI, a exprimé sa reconnaissance envers l’ambassadeur de la Belgique d’être engagé dans cette lutte contre la violence à l’égard des femmes.

Il faut noter que que la campagne des 16 jours d’activisme contre les violences faites aux femmes va se clôturer le 10 décembre, date de la journée internationale des droits humains. 

hervé Akoi

Répondre