Acceuil CULTURE Femua11 : Nabalum un diamant qui ne demande qu’a être exposé

Femua11 : Nabalum un diamant qui ne demande qu’a être exposé

699
0
Partager

L’institut français d’Abidjan  représente depuis quelques années la scène d’expérimentation des nouveaux talents  du festival des musiques urbaines d’Anoumabo.  Et dans le cadre de cette 11è édition M’Bouille Koïte (Mali ) et Nabalum du Burkina Faso s’y sont exprimés les 17 et 18 avril dernier.

Après la brillante performance live du prix découverte RFI 2018, c’était au tour de la chanteuse Ivoiro-Burkinabé Nabalum d’exposer son art . Dès 20h, la protégée de Alif Naaba et ses musiciens rejoignirent la scène comme convenue pour son tout premier concert. Pendant 1h30, elle égrenait avec maestria des titres phares de son répertoire.

Ce concert a permit au public de découvrir une artiste attachée à sa tradition, défendant des thématiques  telles que l’éducation pour tous, la croyance en Dieu. Le public s’est senti ainsi honoré de voir sur scène une artiste décomplexée par la culture occidentale, chantant en langue vernaculaire de son pays, arborant une tenue traditionnelle et esquissant des pas de danses du pays des hommes intègres, Nabalum respire l’âme d’une artiste fière de ses racines.

Par ailleurs, la native du pays de Thomas Sankara n’a pas hésité à rendre un vibrant hommage à Feu Papa Wemba, icône de la musique africaine, décédé lors du 10è numéro de cet évènement.

En somme, sourire aux lèvres, émotions, bonheur et surtout la joie d’avoir participé à ce spectacle se lisaient sur le visage des festivaliers venus en grand nombre admirer la classe artistique d’une future reine de la musique africaine.

 

Maryse

 

 

 

Répondre